Enrobé à froid pour les routes

Comment sont réalisés les enrobés coulés à froid ?

Les chaussées françaises sont en proie aux fissures, aux trous et aux nids-de-poule qui impactent malheureusement le confort des particuliers ainsi que celui des usagers de la route. D’après les dires des spécialistes, ces dernières ne seraient pas régulièrement entretenues. En effet, un entretien tous les 7 à 12 ans est préconisé, et passé ce délai, les routes se dégradent de manière considérable. Dès lors, une importante rénovation nécessitant un investissement financier conséquent est requise. L’enrobé coulé à froid est une solution efficace pour améliorer le confort des usagers de la route, pour colmater les brèches du réseau routier et pour pallier ce souci grandissant.

Que signifie le terme « enrobés coulés à froid » ?

Les enrobés désignent une solution préconisée pour les besoins de réparation urgente et immédiate des altérations subies par nos routes. La technique d’enrobage est l’une des plus utilisées dans le monde du BTP pour rénover une voie carrossable ou une route.

L’enrobé est un mélange de sable, de gravier et de liant hydrocarboné que l’on applique en une ou plusieurs couches, afin de constituer ou de reconstituer certaines zones de circulation. En plus de garantir un confort de roulement aux routiers, ils écartent également les soucis d’embourbement par temps humide.

Quant à l’enrobé à froid, il s’agit d’un mélange de bitume, de sable et de granulat utilisé comme liant, capable de supporter les passages répétés de piétons et de véhicules. À moins d’utiliser des produits chimiques dans les liants, l’enrobé bitumé à froid est considéré comme étant un matériau écologique. Afin d’en allonger la durée de vie, il est possible d’y adjoindre une résine spéciale.

réparation route

L’importance de machines ECF adaptées et entretenues

Les engins malaxeurs usités dans la réalisation des enrobés coulés à froid nécessitent un entretien régulier pour fonctionner correctement et fournir un produit de qualité. L’entretien, la maintenance, le dépannage ou encore la remise en état de vos machines doivent être réalisés par une entreprise expérimentée.

Pour vos activités en lien avec les machines dédiées aux travaux de voiries et collectifs, nous vous invitons à vous rapprocher d’une enseigne comme SRMTC, spécialisée dans leur maintenance. Une entreprise qui propose un service de réparation d’engins ECF est en mesure de réaliser un diagnostic des moteurs et des équipements à l’aide d’outils de contrôle à assistance électronique. Ainsi, vous serez informé des pannes ainsi que de l’état général de vos véhicules.

Les professionnels procèderont en outre au remplacement de pièces détachées ou à la réparation des éléments défectueux. L’entretien des machines ECF est par ailleurs primordial pour des raisons de sécurité et d’efficacité, puisque les travaux sur les zones routières doivent toujours être effectués rapidement et de manière efficiente.

Quelles machines sont utilisées dans la réalisation d’enrobés coulés à froid ?

Les machines usitées pour réaliser des enrobés coulés à froid se déclinent en engins malaxeurs. Les enrobés sont fabriqués dans des centrales d’enrobage/postes d’enrobage fixes ou mobiles.

Les modèles fixes sont principalement situés aux abords d’une carrière, tandis que les modèles mobiles sont utilisés durant les travaux de plus grande envergure comme les routes. Les professionnels de la rénovation routière ont recours à des répandeuses de liants hydrocarbonés, à des gravillonneurs, à des répandeurs gravillonneurs synchrones, à des fondoirs et autre matériel de fabrication et d’application des ECF.

Les industriels innovent d’année en année. Ils proposent à titre d’exemple une machine qui associe un enrobeur projeteur et un répandeur gravillonneur synchrone. Elle est capable de réaliser les opérations de travaux préparatoires (déflachage, nid-de-poule, affaissement de chaussée en rive) et de revêtements préventifs comme les enduits superficiels ou les patchs.

Les machines pour l’enduit superficiel et l’imperméabilisation se déclinent entre autres en enduiseurs et en bi-répandeurs :

  • les enduiseurs chargent des gravillons à partir du camion à benne et directement sur le chantier, pour optimiser la sécurité et la capacité de travail sur les chantiers,
  • les bi-répandeurs peuvent être utilisés pour les enduits superficiels pleine surface ou partiels.

Une seule opération permet d’épandre le liant sur une section de chaussée, puis les gravillons sont répandus et cylindrés.

Les gravillonneurs permettent l’application de tous types de gravillons habituels pour les enduits superficiels. Les remorques à bitume, pour leur part, servent au transport des liants routiers usuels et à leur stockage sur le chantier.

Comment se déroule le processus de création des ECF ?

L’enrobé coulé à froid est un mélange bitumé conçu sur un camion au moment de sa mise en place. Il est coulé à température ambiante et est principalement usité pour entretenir les couches de roulement des chaussées.

Le processus de fabrication des ECF inclut :

  • l’alimentation,
  • l’adjonction de fines,
  • le convoyage,
  • le séchage,
  • le malaxage,
  • l’ajout de fines de recyclage et de bitume,
  • le stockage,
  • le chargement.

Notons que les ECF sont avant tout destinés à l’imperméabilisation des supports et à l’apport d’adhérence. Ils sont caractérisés par l’utilisation de granulats de roche massive, semblables à ceux qui sont usités à chaud pour les couches de surface. La granularité doit être supérieure à 6 mm et la teneur en fines spéciales (chaux ou ciment) varie en général de 6 à 10 %. Quant au module de richesse, il doit être inférieur ou égal à 4.

On utilise fréquemment une émulsion d’un liant modifié en y ajoutant du polymère. L’ajout peut être effectué dans le bitume de base ou sous forme de latex pendant la fabrication de l’émulsion. La formulation de cette dernière ainsi que le choix des granulats doivent être faits de manière que le temps de rupture et de réouverture au trafic soit le plus court possible.

La mise en œuvre des enrobés coulés à froid implique la maîtrise sur le site de la vitesse de rupture du mélange sur la chaussée. À cet effet, l’on utilise un retardateur qui a pour fonction d’accroître le temps de rupture d’une émulsion d’une valeur suffisante afin d’autoriser la mise en œuvre. Bien souvent, le retardateur est l’un des émulsifiants utilisés dans la formulation de l’émulsion, car ils sont compatibles avec les autres constituants.

retour haut de page