Agriculture : où et comment stocker son engrais ?

192
stockage engrais agricole

En France, l’engrais liquide devient une alternative très prisée des agriculteurs. Pour des raisons de sécurité, le stockage de l’engrais sous forme liquide nécessite des mesures de précaution particulières. En effet, les dispositifs de réserve de mauvaise qualité sont susceptibles de provoquer des fuites de produit. De ce fait, avant de décider d’une solution, il est important de se poser les bonnes questions. Où et comment stocker les engrais ? Les réponses dans cet article.

Choisir le type de stockage

L’engrais liquide ou solution azotée est un minéral soluble dans l’eau. Généralement, les agriculteurs l’utilisent pour entretenir le sol. Selon ses proportions, il permet de soutenir la croissance ainsi que la santé des plantes.

Cette alternative s’avère parfois meilleure que les formulations granulaires. En effet, elle absorbe plus rapidement. Dans cette même optique, elle procure de multiples avantages nutritionnels aux plantes, et ce, immédiatement après l’application.

C’est également un liquide à la fois incolore et inodore qui favorise la corrosion de certains métaux et alliages. Ainsi, le choix du matériau du réservoir de stockage doit se baser sur sa résistance aux attaques chimiques et aux changements de température.

Sur le site de Duraplas, vous trouverez la cuve de stockage d’engrais la mieux adapté à vos besoins. L’enseigne propose aussi des solutions de stockage d’eau et de fioul. Pour revenir aux cuves de stockage des engrais, plusieurs solutions s’offrent à vous.

cuve pour stocker des engrais

Les cuves métalliques

L’acier dit classique reste de loin l’élément le plus sensible aux corrosions. Dans le cas où vous opteriez pour ce modèle, il faudra prévoir un revêtement interne protecteur. L’acier inoxydable constitue la meilleure alternative à l’acier ordinaire. Il résiste parfaitement bien à la corrosion.

Les cuves souples

La cuve souple dispose d’un cadre en fibre de polyester ou en fibre synthétique. Les deux côtés du réservoir de stockage flexible sont recouverts de composants en PVC. Ces matériaux s’avèrent sensibles aux divers aléas atmosphériques.

Les cuves en résine synthétique ou en fibre

Les cuves en résine synthétique disposent de fibres de verre tissées. Elles résistent bien à la corrosion chimique et au changement climatique.

Les cuves en plastique PEHD

Le réservoir de stockage en PEHD exploite la technologie de moulage rotatif sans soudure. Autrement dit, il est constitué d’un seul bloc sans soudure. Son avantage ? Une meilleure durée de stockage de l’engrais liquide.

Les cuves à double paroi

La cuve à double paroi offre le meilleur rapport qualité/prix. Non seulement elle peut prévenir les risques de fuites, mais surtout elle respecte la loi Barnier relative au renforcement de la protection de l’environnement.

Dans certains départements, les stockages à double paroi peuvent être utilisés sans bac de rétention. Dans ce cas, il faut que le pompage du fluide se fasse par le haut de la cuve. Il est aussi important de mettre en place un dispositif de détection de fuite dans la double paroi.

Les cuves à double paroi présentent un revêtement intérieur supplémentaire, spécialement fabriqué pour résister à l’azote. Il s’agit d’un investissement durable en raison de sa robustesse. En outre, le réservoir de stockage à double paroi peut stocker de l’azote liquide sans restriction selon les normes en vigueur.

Les cuves à simple paroi

Les cuves à simple paroi se déclinent en plusieurs matériaux. On peut citer :

  • la cuve en métal,
  • la cuve en plastique,
  • la cuve en polyester.

Peu importe vos préférences, choisissez un réservoir de stockage standard NF-M88-512. Cette référence atteste que la cuve résiste très bien aux chocs. Dans tous les cas, les cuves à simple paroi requièrent l’ajout d’un système fixe pour éviter les fuites

Les citernes agricoles dédiées à l’engrais liquide

Les citernes agricoles pour engrais liquides ont été spécialement conçues pour résister aux risques de corrosion causés par les solutions azotées. Résultant d’une technique de soudage haute fréquence, ces réservoirs de stockage bénéficient d’une protection UV double face.

Ils disposent d’une vanne de remplissage et de vidange intégrée. C’est le dégazeur central qui élimine les bulles d’air lors de ce processus.

Les citernes agricoles pour engrais liquides présentent de nombreux avantages avérés :

  • une sécurisation par excellence,
  • un traitement anti-ultraviolets double face,
  • une grande résistance et
  • une installation modulable.

Le bac de rétention : l’accessoire de sécurité incontournable

Conformément à la réglementation française, dès qu’il est question de stockage de solution azotée, il faut impérativement installer un système de rétention. En cas de déversement accidentel, celui-ci doit pouvoir retenir l’engrais afin de ne pas contaminer le sol, les eaux souterraines et la nappe phréatique.

Le bac de rétention garantit non seulement les intérêts des opérateurs, mais protège aussi l’environnement. Cette solution s’avère entièrement compatible avec une utilisation en extérieur sous forme de fosses sur remblais ou bassin à mur bas.

Le fonctionnement du bac de rétention

Les réservoirs de stockage rigides comprennent généralement :

  • un sol en béton,
  • un mur en blocs de béton et
  • un revêtement étanche.

La vanne de remplissage se situe dans le réservoir pour recueillir les éventuels déversements. Un cadenas doit y être placé pour éviter tout comportement malveillant.

big bag agriculture

Dans le cas d’un stockage extérieur, pensez à créer un puisard afin de faciliter la collecte des eaux de pluie. Attention ! Le puisard doit être vidé régulièrement. Pour une meilleure utilisation, mieux vaut utiliser une barre d’appui pour placer une échelle fixe interne et externe.

L’utilité d’un système de rétention

En cas de fuite, le réservoir de stockage doit non seulement pouvoir recycler les engrais, mais également éviter la pollution de l’environnement. Pour le stockage d’engrais liquide d’une capacité totale supérieure à 100 m³, il est fortement recommandé d’utiliser cet espace réservé dans toute nouvelle installation de stockage.

La capacité moyenne du bac de rétention doit correspondre à la plus grande des deux valeurs suivantes :

soit 100 % du plus grand réservoir de stockage,

– soit 50 % de la capacité totale des réservoirs de stockage concernés.

Un conseil : il faut déterminer la taille du bassin de rétention en fonction du volume de stockage. Pensez aussi prévoir une largeur suffisante pour que la vanne de remplissage soit située dans le réservoir. Le but de cette démarche est de capter facilement le débit.